La brasserie Weihenstephan choisit les chaussures de sécurité GORE-TEX

Sécurité, protection contre l’humidité, confort : les chaussures hautement fonctionnelles GORE-TEX font leurs preuves depuis des dizaines d'années dans le monde du travail. Le nouveau laminé pour chaussures est extrêmement respirant, imperméable mais également résistant à la pénétration de liquides chimiques. Gore répond ainsi à une demande croissante de chaussures de sécurité légères, d'allure sportive, capables de garder les pieds à une température agréable même par temps chaud. Cela signifie que les chaussures de sécurité GORE-TEX peuvent désormais se porter tout l’été à l'intérieur, et offrir un vrai confort.

Le premier produit de cette nouvelle génération de chaussures, un modèle S3 léger et imperméable au confort climatique élevé, a déjà prouvé son efficacité dans le secteur de la boisson. Il a été testé en conditions réelles sur une période de deux ans au sein d'une entreprise bavaroise mondialement connue : la brasserie Weihenstephan, la plus vieille brasserie du monde.

Sur le site du vieux monastère Weihenstephan en haut d’une colline, dans le village bavarois de Feising, règne toujours une atmosphère particulière, probablement très ressemblante à ce qu’elle était il y a 1000 ans ! « Notre site de fabrication est divisé en deux parties : une zone chaude et une zone froide » explique Mario Schäfer, Directeur technique. La première étape de fabrication se déroule dans la salle de brassage à hautes températures. Après avoir été concassé et filtré, le malt est porté à ébullition à 104°C. Le « Moût » ainsi obtenu, auquel on ajoute le houblon, est clarifié dans une cuve appelée « whirlpool » ou bac tourbillonnaire à une température de 93°C. Ensuite, on laisse refroidir. Dans la cave de fermentation, on ajoute de la levure au «moût» pour le transformer en alcool. La bière est ensuite acheminée, à travers une cave très humide et voutée typique des anciennes brasseries, vers l’autre partie de la cave où la bière vieillit à une température de 0°C. Enfin, la bière est automatiquement mise en bouteilles et entreposée à température ambiante.

« Le processus de fabrication se déroule dans différentes zones, humides et sèches. Ces zones doivent constamment être nettoyées conformément aux règlementations de l’industrie agroalimentaire. Voilà pourquoi nous étions très impatients de trouver des chaussures de sécurité S3 modernes, confortables, imperméables, capable de procurer à nos employés un niveau de confort élevé. » Explique M.Schäfer.

Une entreprise nationale très performante à l’exportation

La plus vieille brasserie du monde a pour origine la brasserie d’une abbaye, mentionnée pour la première fois en 1040. Aujourd'hui, le site de fabrication de Weihenstephan, qui surplombe la ville bavaroise de Freising, produit environ 50 millions de bouteilles (60%) et 320 000 fûts de bière. Au moins la moitié est exportée, vers les autres pays européens mais également aux États-Unis, en Chine, au Japon et en Australie.

Et il y a de bonnes raisons à cela : Weihenstephan est une entreprise d’état dotée d'un fort héritage. « L’État ne doit pas être en concurrence avec les entreprises privées de la région. Malgré tout, il doit être efficace et sauvegarder les emplois », déclare Schäfer. C’est pourquoi, très tôt, la priorité a été donnée à l’exportation. Aujourd'hui, grâce à des normes de qualité élevées et des actions marketing efficaces, la brasserie Weihenstephan est connue dans le monde entier. Mais elle présente un autre avantage décisif : Weihenstephan est également un centre technologique et scientifique. C’est là que l'université Technische Universität München (TUM) a implanté son école des Sciences de la Vie, où elle propose un programme d'étude sur la technologie de brassage. Les membres de l'équipe universitaire font également partie du conseil d'administration de l’entreprise.

Cela signifie que la brasserie et l'université sont capables de collaborer étroitement et de profiter de leurs travaux respectifs. Par exemple lorsque les systèmes de transformation ont besoin d’être optimisés, des levures de brassage spécifiques sont testées ou de nouveaux types de bière sont développés.

La brasserie Weihenstephan emploie actuellement 139 personnes. 80 travaillent à la production - certaines à plein temps, d'autres une partie de leur temps seulement. La loi exige qu’elles portent des chaussures de sécurité S3, conformes à la norme EN ISO 20345, disposant d’un embout solide de protection pour les orteils et d'une semelle résistante à la pénétration. Avant 2013, les employés avaient porté différents modèles de chaussures, réalisés par différents fabricants. Aucun n’intégrait de membrane. Inconvénient : les chaussures n’étaient pas durablement imperméables. « L'achat de nouvelles chaussures a été suggéré par les employés » explique Gerd Abstreiter, qui a joué un grand rôle dans le processus d’approvisionnement. Machiniste, il est responsable des pièces détachées et de la maintenance au sein de la brasserie. Les chaussures portées par les employés à ce moment-là soulevaient tellement de protestations qu’il a été décidé de s’orienter vers une solution totalement nouvelle.

Abstreiter et ses collègues commencent à réfléchir aux critères importants. La chaussure S3 devait être confortable sur les sols bétonnés et carrelés de la brasserie. Comme elle devait être portée toute la journée, elle devait aussi se faire la plus légère possible. Par ailleurs, elle devait se montrer confortable sous des températures très variées : fraîches pour les entrepôts, modérées dans les zones de production et logistiques, et chaudes pour la salle de brassage. Autre exigence : garder les pieds des utilisateurs au sec malgré les conditions constamment humides et les contacts fréquents avec les liquides, en particulier pendant les phases de purification et de mise en bouteille. Le choix de la brasserie se porte donc sur un modèle fabriqué par un spécialiste de la chaussure : Haix, à 30 km seulement, à Mainburg en Bavière. En 2013 lors du salon professionnel A+A de Düsseldorf, Haix présente sa chaussure de sécurité S3 « Black Eagle Safety ». Développée en collaboration avec Gore, ce modèle au look sportif est extrêmement léger, est doté d’une membrane GORE-TEX hautement respirante.

La brasserie Weihenstephan choisit les chaussures de sécurité GORE-TEX

Weihenstephan Brewery trusts in GORE-TEX safety footwear

Des chaussures testées en conditions réelles sur une période de deux ans

Haix présente alors son nouveau modèle à Weihenstephan. « Les employés étaient très enthousiastes » se souvient Gerd Abstreiter. Le style est très inspiré d’une chaussure de sport et le design avec les lignes bleues rappelle la marque Weihenstephan. « Mais pour arrêter notre décision le modèle devait répondre à toutes nos exigences. » Fin 2013, la brasserie passe commande pour l’ensemble de ses employés. Au cours de la première année passée à la brasserie de Weihenstephan, les chaussures sont confrontées à la dure réalité de la vie industrielle. Si tous les employés sont très satisfaits de leurs nouvelles chaussures, quelques points négatifs émergent. Certaines tâches se faisant à genoux, l’embout de la chaussure s’use beaucoup. Par ailleurs, les œillets des lacets montrent quelques faiblesses. Au même moment, Haix est en train de recueillir les avis d'autres utilisateurs. Suite aux retours de Weihenstephan et fort de ses enseignements, Haix fournit une nouvelle version de sa chaussure de sécurité S3. Depuis, les chaussures répondent à toutes les attentes. « Elles sont très agréables à porter » déclare Abstreiter. Les employés devaient choisir entre quatre modèles hautement respirants : une chaussure de travail tige basse ou une chaussure tige haute, en cuir noir ou textile.

180 paires sont commandées. Deux paires pour chaque employé pour qu’ils aient une paire de rechange, et 20 pour le stock. Les chaussures de sécurité GORE-TEX doivent faire face à un grand nombre de difficultés. Un fût de bière de 63 kg peut tomber sur les embouts ; le taux d'humidité dans les usines de fabrication est élevé ; du verre brisé peut joncher le sol au niveau des lignes d’embouteillage et des entrepôts ; les employés peuvent être en contact avec des produits chimiques comme l’acide nitrique dilué, l'acide peroxyacétique, l’eau de javel et la soude caustique lorsqu’ils procèdent à des nettoyages ou des tâches d’assainissement. Lorsque le deuxième modèle est fabriqué, Abstreiter remarque que les employés qui travaillent dans les zones humides de la brasserie ont tous choisi un modèle cuir alors que ceux qui travaillent dans les lignes d’embouteillage ont opté pour une version textile. La raison : sans un entretien régulier, les chaussures de cuir avaient tendance à devenir poreuses. Les employés avaient également compris qu’avec une membrane sous la matière extérieure, les chaussures avec tige tissu étaient tout aussi imperméables et offraient autant de stabilité. Selon les avis recueillis, le Directeur technique Mario Schäfer est en mesure d'affirmer que les nouveaux modèles de chaussure répondent pleinement aux attentes des employés qui les portent désormais toute la journée. Elles sont confortables et leur permettent d'avoir les pieds au sec où qu’ils se trouvent dans l’usine : dans le chai de vieillissement à 7°C alors que la température est froide et humide, à température ambiante, dans les endroits très humides comme la zone de mise en bouteille ou encore dans la salle de brassage où la température peut atteindre 40°C.

Malteurs et brasseurs ont même remarqué qu’ils transpiraient parfois moins que dans leurs précédentes chaussures qui ne contenaient pas de membrane GORE-TEX. Les employés sont extrêmement satisfaits de l’imperméabilité, qui montre toute son efficacité sur les sols mouillés de la zone de mise en bouteille et dans le chai de vieillissement. D'une manière générale, ils sont particulièrement contents du confort, de la légèreté et du design de leur nouveau modèle.

Laminé et construction

Le fait que les attentes des employés aient été très fortes en termes de légèreté et de respirabilité a énormément contribué à mettre au point ce nouveau concept de chaussures de sécurité. Bien qu’il existait déjà sur le marché des modèles offrant ces caractéristiques, ceux-ci n’étaient généralement pas résistants aux liquides à long terme. « En l’espace de 2 ans, notre équipe de chercheurs a mis au point de nouvelles membranes et technologies de laminé chaussure permettant de conjuguer respirabilité extrême, imperméabilité durable et une certaine protection contre les substances chimiques » explique Leonhard Schlichting, Spécialiste Produits en charge des chaussures de sécurité chez Gore. Ils sont parvenus à obtenir un laminé 3 couches à la fois fin et extrêmement robuste sans isolation. Le laminé GORE-TEX Confort et Polyvalence est hautement respirant et reconnu pour évacuer la chaleur de manière exceptionnelle. Durablement imperméable et hautement respirant, il permet également une bonne protection contre la pénétration de certains produits chimiques courants comme le gasoil, la mousse anti-incendie AFFF (3%), l'acide sulfurique (37%) et la soude caustique (30%) conformément à la norme ISO 13994/ ASTM F 903, méthode C1. « Ce laminé offre une vraie valeur ajoutée à l’utilisateur et conforte notre place prépondérante sur le marché des chaussures de sécurité » ajoute Leonhard Schlichting. En 2010, il constituait la base d'une nouvelle génération de chaussures de sécurité : Chaussures de sécurité athlétiques GORE-TEX.

Grâce à ces chaussures de sécurité athlétiques GORE-TEX, Gore cible de nouveaux champs d'application pour de multiples secteurs d'activité : industrie agro-alimentaire nécessitant une utilisation en intérieur, mais aussi tous les secteurs économiques dans lesquels les employés travaillent aussi bien à l'intérieur qu’à l’extérieur ou rentrent et sortent de leur véhicule.

Il existe aussi une demande pour une version d'été plus légère des chaussures de sécurité, assez lourdes, utilisées pour les services publics et les entreprises de traitement de déchets. Les employés sont très élogieux vis-à-vis de leurs nouvelles chaussures. « On en arrive presque à oublier que l’on porte des chaussures de sécurité » fait remarquer Gerd Abstreiter. Frank Stefan, responsable du service mise en bouteille ajoute : « Ces chaussures sont totalement adaptées à nos besoins ».